Maïs : Le Brésil prend les choses en main

28/01/19 | Paysan Breton

Peu présent en 2018 pour cause de sécheresse, le Brésil devrait refaire surface sur la scène mondiale cet été, si la météo s’avère favorable.

Le Brésil est devenu un exportateur incontournable de maïs, écoulant une production en forte progression.

Le Brésil pourrait prendre le relais de l’Ukraine, très agressive depuis plusieurs mois. Mais parallèlement, le pays cherche à diversifier ses débouchés localement, afin de limiter la pression sur le marché mondial. Car les cours du maïs sur le Chicago Board of Trade ressemblent fort à un encéphalogramme plat depuis trois saisons, oscillant entre 130 et 155 $/t.

Le contexte actuel n’est pas propice à une remontée des prix. En effet, les trois gros concurrents des États-Unis (Brésil, Argentine et Ukraine) devraient pouvoir aligner 21 Mt de plus à l’exportation sur 18/19, pour une hausse du négoce mondial ne dépassant pas 15 Mt… Même si les volumes brésiliens ne sont pas encore validés (la période critique de la safrinha s’étale de mars à mai), il reste de la marge avant de voir le marché s’étrangler. Mais la situation pourrait être encore plus lourde, si les gros producteurs n’avaient pas fait d’effort, pour absorber chaque année un peu plus de leur récolte.

[…]

Lire l’intégralité de l’article


Granado poursuit son implantation en France avec une seconde boutique à Paris

Après l’ouverture d’une première boutique en décembre 2017 dans le quartier de Saint-Germain des Prés, la marque brésilienne poursuit son développement en France avec l’ouverture d’un nouveau point de vente dans le Marais début février.

Pour sa deuxième adresse parisienne, Granado a choisi la rue des Francs-Bourgeois, probablement l’une des plus convoitées par les marques de beauté et parfums. L’ouverture est prévue le 7 février, au numéro 11.

Ce nouvel espace de 50m2 recrée le décor chaleureux des pharmacies brésiliennes du 19e siècle et notamment de la pharmacie historique de la marque ouverte en 1870 à Rio de Janeiro, par José Antonio Coxito Granado, et qui est toujours en activité. L’ambiance est la fois traditionnelle et colorée : meubles en bois sculptés et faïence rétro au sol.

Devenue « Pharmacie officielle de la famille impériale du Brésil  », Granado est peu à peu entrée dans le patrimoine du Brésil. Reprise en 1994 par Christopher Freeman, un investisseur anglais installé au Brésil, la marque a été relancée avec succès. En 2004, Granado rachète la parfumerie Phebo, autre joyau de la cosmétique haut de gamme brésilienne créée en1930. Les deux marques déploient maintenant conjointement leurs ailes hors de leur pays d’origine.

[…]

Lire l’intégralité de l’article


Durant le Sirha de Lyon, le Brésil vient remplir son carnet de commandes

31/01/19 | Lyon Capital

Apex-Brasil, l’agence brésilienne de promotion du commerce et des investissements annonce avoir décroché pour 4,5 millions de dollars de contrats alimentaires à Lyon, pendant le Sirha.

Le Sirha (Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation) vient de se finir. Avec 210 000 visiteurs – dont 26 000 chefs cuisiniers – venus de 132 pays et plus de 3 000 exposants, le Sirha est un colossal club d’affaires qui offre la possibilité de rencontrer sur une courte période, cinq jours, un nombre très important de clients ou de fournisseurs potentiels. Autant d’opportunités pour commencer à prospecter les marchés lointains à moindre coût.

« Le salon de Lyon est indéniablement une plateforme internationale d’échanges commerciaux » expliquait, en début de salon Christophe Monnier, directeur agro-alimentaire chez Business France, l’agence française pour le développement international des entreprises.

Si Business France dit « compliqué de donner des chiffres mais sur le reporting post-événement », Apex-Brasil, l’agence brésilienne de promotion du commerce et des investissements, en revanche, vient d’annoncer que la délégation brésilienne retournait au Brésil avec des précommandes de produits alimentaires d’une valeur de 4,5 millions de dollars US (3,9 millions d’euros) pour les douze prochains mois.

[…]

Lire l’intégralité de l’article